Guepes-Express.com

Lutte Antiparasitaire


Punaises de lit Blattes Américaines Blattes Blattes Orientale
Puces
Rat Souris  Fourmis


RONGEURS :

L’opération a pour but, la destruction dans un lieu donné des rongeurs nuisibles, selon
des méthodes et fréquences permettant de maintenir les résultats. Elle est réalisée, en autre, à l’aide d’appâts rodonticides (anti-rongeurs), appliqués par un professionnel agréé.

·OBLIGATION
DE TRAITEMENT
:

Règlement Sanitaire Départemental Type :

 



Article 119

Rongeurs

       ·En raison des dégâts
et dangers que les rats et les souris présentent,

«Les propriétaires
d’immeubles ou établissements privés, les directeurs d’établissements publics
doivent prendre toutes mesures pour éviter l’introduction des rongeurs et
tenir constamment en bon état d’entretien les dispositifs de protection ainsi
mis en place.

Ils doivent,
conjointement avec les locataires ou occupants, vérifier périodiquement si
les caves, cours, égouts particuliers, entrepôts, locaux commerciaux, locaux
à poubelles, logements des animaux domestiques, etc … ne sont pas envahis par
ces nuisibles et faire évacuer tous dépôts de détritus et déchets
susceptibles de les attirer.

Lorsque la présence de
rongeurs est constatée, les personnes visées aux alinéas ci-dessus sont tenues
de prendre sans délai les mesures prescrites par l’autorité sanitaire en vue
d’en assurer la destruction et l’éloignement. La même obligation s’impose
lors de la démolition des immeubles ainsi que sur des chantiers de
construction.».


Article 130.5

Hygiène de
l’Alimentation

«Les propriétaires ou
gérants (… de magasins d’alimentation, d’ateliers et laboratoires de
préparation des aliments) doivent … faire procéder si nécessaire aux
opérations de Désinsectisation et de DERATISATION en évitant toute
contamination des denrées alimentaires»
.

· LES ESPÈCES ET LEURS MŒURS :

Les trois espèces considérées :    

 

* Le Surmulot (Rattus Norvegicus) ou Rat d’égout :
Vit plutôt dans les lieux humides. Il creuse terriers et galeries dans les sous-sols des bâtiments, les égouts ou les
abords immédiats des habitations. Il est omnivore et carnivore.

* Le Rat Noir (Rattus) ou Rat des Greniers :
Vit dans les parties hautes et sèches des bâtiments, dans les charpentes, sur le faîte
des murs, entre plancher et plafond. Dans le midi, on le rencontre aussi à
l’extérieur, nichant même dans certains arbres. Il est frugivore, granivore non
exclusif.

* La Souris (Mus Musculus) : Peut nicher partout, dans les
locaux habités ou non, des caves aux greniers. Grâce à sa petite taille, elle s’insinue
facilement dans les faux plafonds, doubles cloisons, tiroirs …Elle est
omnivore.

· NUISANCES:

Les rats et les souris rongent, consomment et souillent ce qu’ils ne mangent
pas, le rendant ainsi impropre à la consommation. Ces animaux font donc
beaucoup plus de dégâts qu’ils ne consomment, et toute denrée souillée ou
attaquée doit être absolument jetée.

– Ils s’attaquent aux matériaux isolants, câbles, gaines, fils électriques…
provoquant ainsi pannes, courts-circuits et incendies. Directement ou par leurs
parasites, ils sont à l’origine de nombreuses maladies transmises à l’homme et
aux animaux domestiques :


Il faut toujours avoir à l’esprit que ces rongeurs sont des commensaux
dangereux pour l’homme et les animaux domestiques, et  que les risques liés à leur présence
sont graves.

·  MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT :

 Pour des raisons d’efficacité et de sécurité, les professionnels utilisent essentiellement des appâts

rodonticides.
Chaque spécialité est autorisée à la vente par le Ministère de l’Agriculture.

 

SÉCURITÉ ET INFORMATIONS :

 

– Les appâts sont mis en place par les professionnels, hors de portée des animaux autres que les rongeurs à détruire. Il convient donc de ne pas les déplacer, ce qui pourrait diminuer l’efficacité du  traitement et les mettre à portée d’enfants et/ou d’animaux domestiques.

– En outre, une fiche est laissée sur place par l’opérateur indiquant le nom de la matière active utilisée, la date de son passage, le numéro de téléphone du Centre anti-poisons le plus proche, et le conseil suivant : «en cas d’ingestion accidentelle, consulter un médecin et lui montrer la présente fiche».

– Toutes informations sur le traitement et le produit utilisé sont disponibles auprès de l’entreprise qui a réalisé le traitement.


LA PRÉVENTION :

 – Le technicien est enfin amené à informer le client sur les mesures d’hygiène, de gestion des déchets, voire les travaux à mettre en œuvre pour conforter le résultat du traitement (pose de grilles aux soupiraux, obstruction des sanitaires désaffectés …),et éviter les ré-infestations dont l’origine se trouverait par exemple dans les locaux voisins.

– En effet, des événements extérieurs (démolition, passage de câbles, modification du voisinage) peuvent remettre en cause un résultat acquis.

– Il pourra également être amené à fournir ce même type d’informations aux occupants de lieux voisins.

 

LES RÉSULTATS :

 

– En raison du mode d’action des rodonticides anticoagulants, les premières mortalités auront lieu plusieurs jours  après la pose des appâts.

– Suivant les caractéristiques de l’infestation et du site traité l’élimination de la population des rongeurs sera significative en quelques semaines. Ce temps est nécessaire pour permettre à tous les individus de consommer les appâts rodonticides.

 

PUNAISES DE LIT:

·
Morphologie et cycle biologique :

 


Les adultes ont une taille de 4 et 7 mm, d’aspect brun beige et très plats.


Adultes et jeunes sont actifs la nuit, fuyant la lumière du jour ou artificiel.


Les deux  sexes piquent pour se nourrir de sang (durée d’un repas 10 à 20 minutes).


Une punaise peut vivre 1 an en générale et pond entre 200 et 500 œufs au court de sa vie.


Ses lieux de repos sont généralement difficiles d’accès, multiples et variés (cordon de matelas, structure de lit,  fente de bois, cadre de tableaux, tringle à rideau, vêtements, placard, bagage, commode, linge au pied du lit,  prises électriques……).


La punaise de lit est une grande voyageuse. Elle se propage très vite, d’une pièce à l’autre ou d’un appartement à  un autre. C’est l’homme qui va les transporter de façon fortuite, lors de ses déplacements à quelques kilomètres ou milliers de kilomètres (lors d’un voyage).


Lorsque le lien est fait entre les piqures durant le sommeil et les insectes mis en évidences, l’infestation est déjà très importante.

 

·
Méthode de lutte :

 

INDICES DE PRESENCE :

 Au-delà, de pourvoir observer, des punaises adultes, juvéniles ainsi que des œufs.

– Des traces de sang, de déjection, et la présence d’une odeur acre dans le cas de forte infestation.

L’ensemble de ces éléments mettent en évidence la présence de ces « hétéroptères hématophages » et peut-être complété par des kits de détection spécifique.

RECOMMANDATIONS AVANT TRAITEMENT :

Aspiration avec embout fin de l’aspirateur, des œufs, jeunes et adultes mis en évidences.

ATTENTION !!! : Le conduit de l’aspirateur devra être nettoyé, le sac obturé et emballé dans un sac plastique, puis  jeter dans une poubelle extérieure, pour éviter toute contamination d’autres sites.

-Vider placards et meubles.

– Puis, lavage à la machine à plus de 60°C et/ou congélation à –20°C (48H00) : du linge, drap, housse de couette, rideau etc… et les stocker dans des sacs plastique dans une pièce non contaminée.

 

TRAITEMENT :

Lutte mécanique :

Nettoyage thermique :
à chaud (120°C) ou à froid (glace carbonique à -78°C), détruisent tous les stades de punaises, mais pénètrent peu  ou pas dans les fissures et épaisseurs de tissus, aucune rémanence dans le temps.

Restaurations des lieux : (dans des cas particuliers). Décollement de la tapisserie, moquette, plâtre, plinthes etc… peuvent être parfois nécessaires.

 

Lutte chimique :

Le site devra être traité 2 fois à environ 15 jours d’intervalle. Le second passage, tuera les quelques immatures  sortis des œufs, ou qui n’ont pas été ciblé par le premier traitement.

-Le professionnel utilisera des insecticides adaptés en fonction de la situation.

 

 

BLATTES :

  ·
MŒURSET NUISANCES DES BLATTES :

Les blattes fréquentent, suivant les espèces, des lieux chauds, humides ou secs et abrités de la lumière.
Ayant une activité crépusculaire et nocturne
, elles prennent possession des cuisines, des salles d’eaux, des gaines  techniques et de nombreux recoins, dès la nuit tombée.

 

Elles ont un besoin vital d’eau et se nourrissent de toutes matières végétales et animales.

A partir d’un seul point d’infestation, en quelques semaines elles peuvent proliférer dans l’ensemble d’un bâtiment.

Elles s’introduisent à l’intérieur d’installations, machines, tableaux de commandes, appareils ménagers…
où elles provoquent des courts-circuits et dégradations.

 

Elles souillent les denrées alimentaires avec leurs excréments. Elles véhiculent des germes pathogènes responsables de maladies telles que :

→ Gastro-entérites, Tuberculose, Salmonellose et sont à l’origine de nombreuses allergies…

 

Souvent ressentie comme une marque de mauvaise tenue des locaux, la présence de blattes nuit franchement à la réputation des lieux fréquentés par le public (hôtels, restaurants, hôpitaux, écoles…).

 

·
OBLIGATION DE TRAITEMENT :

 

Règlement Sanitaire Départemental Type :

 

 

En raison des inconvénients et des dangers qu’elles représentent, les blattes sont considérées comme des nuisibles. Le Règlement Sanitaire Départemental oblige les occupants de logements et de locaux de préparation ou de vente  d’aliments à lutter contre elles.

 

 

I – Article 23.1


Locaux d’Habitation

 

Dans chaque immeuble, le mode de vie des occupants des logements ne doit pas être la cause d’une  dégradation des bâtiments ou de la création de conditions d’occupation contraires à la santé (…)

 

Dans les logements et leurs dépendances, tout occupant ne doit entreposer ou accumuler ni détritus, ni déjections, ni objets ou substances diverses pouvant attirer et faire proliférer insectes, vermines et rongeurs ou créer une gêne, une insalubrité, un risque d’épidémie ou d’accident.

 

Dans le cas ou l’importance de l’insalubrité et les dangers définis ci-dessus sont susceptibles de porter une atteinte grave à la santé ou à la salubrité et à la sécurité du voisinage, il est enjoint aux occupants de faire procéder d’urgence au déblaiement, au nettoyage, à la désinfection, à la dératisation et la DÉSINSECTISATION des locaux.

 

 

 


                                               

 

II – Article 79


Traitant de l’entretien des récipients, des locaux de stockage et des conduits de chute de vide-ordures

 “ Les récipients à ordures ménagères, leur emplacement, ainsi que les locaux où ils sont remisés doivent être maintenus en constant état de propreté, désinfectés et DESINSECTISES aussi souvent que nécessaire et au moins une fois par an.

 

Pour les conduits de chute de vide-ordures… des mesures de désinfection et de  DESINSECTISATION peuvent être prescrites par l’autorité sanitaire en cas de nécessité “.

 

 

 


                                           

III – Article 130.5


Concernant l’hygiène de l’Alimentation

 

“Les propriétaires ou gérants de magasins d’alimentation, d’ateliers et laboratoires de préparation des aliments doivent faire procéder si nécessaire aux opérations de DÉSINSECTISATION et de dératisation en évitant toute contamination des denrées alimentaires”.

 

 

·
CONSEILS :

 

Dans la lutte contre les blattes, il nous
faut
changer quelques habitudes:


 Réduire les sources de nourritured’eau et d’abris nécessaires à leur survie.


Tous les aliments (TOUS!!!) doivent être mise dans des récipients hermétiques ou au frigo.


PLUS RIEN à l’air libre. La farine, les céréales, le sucre, les pâtes, le riz… etc., doivent être ôtés de leur emballage d’origine, ceci vaut aussi pour les boites de biscuits, de bonbons, pour le pain (et ses miettes).


Plus de nourriture à l’air libre ou accessible.


Ranger et tout ordonner dans la cuisine en évitant de laisser des nids à cafards de partout.


 Sacs plastique, carton ou planche dans les coins ou derrière l’évier…


La poubelle doit se fermer hermétiquement, l’idéal c’est la poubelle à pédale (rien ne tombe à côté quand vous la remplissez)


Nettoyer sa cuisine après chaque repas (la gazinière, le lavabo, la table, les chaises, poubelle) et aspirer les sols après chaque repas.
Il n’y a que comme ça que vous affamerez vos blattes et que leur population diminuera.


Dégraisser tous les murs, la hotte, les interrupteurs, les appareils de cuisine (robots culinaires) …


Après avoir affamé nos blattes. Il faut rendre leur lieu d’habitation inhospitalier, en supprimant le plus possible les fissures et les crevasses, qui sont pour elles des lieux de prédilection.


Pour cela, bouchez les fissures avec un produit approprié (enduit, plâtre, mousseexpansée, silicone, peinture, etc.) ou de les garnir de laine d’acier. Cela peut sembler être un travail fastidieux, mais si on le fait soigneusement, il s’ensuivra une diminution des quantités de pesticides utilisées.


Tous ces conseils sont valable aussi pour les cuisines collectives, les coins repas de votre entreprise, les vestiaires du personnel (souvent les employés les utilisent pour stocker de la nourriture).

 

 


 LES MODES D’ACTION :

 

→ Les insecticides utilisés dans la lutte contre les blattes agissent par :

• contact

• ingestion

• inhalation

Ou par combinaison de ces modes d’action, la persistance d’action des produits actuels va de quelques semaines à quelques mois.

 

EXÉCUTION DU TRAITEMENT :

 

→ L’applicateur-hygiéniste
détecte les refuges et les passages des blattes pour déposer judicieusement le gel ou pulvériser l’insecticide liquide.

 

→ Les locaux concernés sont :

– les cuisines

– les salles de bains, salles d’eau et toilettes

– les plonges

– Les buanderies et toutes autres zones ou pièces infestées.
Les produits insecticides sont appliqués sur ou prés des :

 Plinthes et tuyauteries

 Espaces situés dessous et derrière les équipements et aménagements

 Gaines techniques

 Autres points signalés infestés

 

Dans les parties communes des immeubles, le traitement concerne en priorité les secteurs sensibles, tels que :

 

  Locaux poubelles et de réception des colonnes de vide-ordures

  Locaux techniques : chaufferies…

  Gaines techniques : conduites d’eau, de chauffage…

 

Dans certains cas, des zones difficilement accessibles telles que faux-plafonds, coffrages, vide-sanitaires, peuvent être traitées en complément par nébulisation.

 


APRÈS LE TRAITEMENT :

 

→ Après achèvement du traitement, suivre les recommandations de l’applicateur-hygiéniste :

 

NE PAS LAVER les parties traitées pendant au moins 72 heures,

AERER LES PIECES en cas de traitement par pulvérisation,

EN CAS D’UTILISATION DE GEL, ne pas enlever les joints appliqués.

 

La disparition complète des blattes intervient durant le mois qui suit le traitement. Il est donc normal de constater  la présence d’insectes, encore pendant quelques jours.